Les esclaves dans la Rome Antique

Comme dans beaucoup de civilisations anciennes, l’esclavage a joué un grand rôle dans la culture de la Rome antique. Les esclaves ont accompli une grande partie du travail et du dur labeur qui ont aidé à construire l’Empire romain et à le maintenir en activité.

Est-ce que les romains avaient beaucoup d’esclaves?

Un pourcentage assez important de la population vivant à Rome et en Italie était esclave. Les historiens ne sont pas sûrs d’un pourcentage exact, mais entre 20 et 30% de la population était esclave. Au début de l’Empire romain, jusqu’à un tiers de la population romaine était esclave.

Comment quelqu’un devient-il esclave ?

La plupart des esclaves étaient des gens capturés en temps de guerre. Au fur et à mesure de l’expansion de l’Empire romain, ils ont souvent capturé des esclaves sur les nouvelles terres qu’ils avaient conquises. D’autres esclaves ont été achetés à des marchands d’esclaves et à des pirates qui ont capturé des gens de pays étrangers et les ont amenés à Rome.

Les enfants d’esclaves sont aussi devenus esclaves. Parfois, les criminels étaient vendus comme esclaves. Quelques personnes se sont même vendues en esclavage pour payer leurs dettes.

Quel travail faisait les esclaves ?

Les esclaves faisaient toutes sortes de travaux dans tout l’empire. Certains esclaves travaillaient dur dans les mines romaines ou dans une ferme. D’autres esclaves occupaient des emplois spécialisés comme l’enseignement ou la comptabilité d’entreprise. Le type de travail dépend généralement de la formation et de l’expérience antérieures de l’esclave.

Il y avait deux principaux types d’esclaves : les esclaves publics et les esclaves privés. Les esclaves publics (appelés servi publici) appartenaient au gouvernement romain. Ils peuvent travailler sur des projets de construction publique, pour un fonctionnaire du gouvernement ou dans les mines de l’empereur. Les esclaves privés (appelés servi privati) appartenaient à un individu. Ils travaillaient comme domestiques, ouvriers agricoles et artisans.

vente-eslave

Les esclaves étaient-ils bien traités dans la Rome Antique ?

La façon dont un esclave était traité dépendait du propriétaire. Certains esclaves ont probablement été battus et ont travaillé jusqu’à la mort, tandis que d’autres ont été traités presque comme de la famille. En général, les esclaves étaient considérés comme des biens précieux et il était logique de bien les traiter. Parfois, les esclaves étaient payés par leurs propriétaires s’ils travaillaient dur.

Les esclaves étaient-ils éventuellement libérés ?

Oui, les esclaves étaient parfois libérés par leur propriétaire (appelé « manumission »). Parfois, les esclaves pouvaient acheter leur propre liberté. Les esclaves libérés étaient appelés affranchis ou femmes affranchies. Bien qu’ils étaient libres, ils avaient toujours le statut d' »esclave affranchi ». Les esclaves libérés étaient considérés comme des citoyens romains, mais ne pouvaient pas occuper une fonction publique.

Est-ce qu’il y a eu des Rébellions d’esclaves?

Les esclaves de Rome se sont regroupés et se sont rebellés plusieurs fois au cours de l’histoire de la Rome antique. Il y a eu trois grandes rébellions appelées les « Guerres servile ». La plus célèbre d’entre elles fut sans doute la Troisième Guerre Servile menée par le gladiateur Spartacus.

Faits intéressants sur l’esclavage dans la Rome antique

  • Les enfants des esclaves affranchis pouvaient occuper des fonctions publiques.
  • C’était contre la loi romaine d’aider un esclave en fuite. Les fugueurs capturés étaient sévèrement punis et parfois tués à titre d’exemple pour les autres esclaves.
  • L’empereur Pertinax était le fils d’un homme libre. Il n’a été empereur que quelques mois, cependant, avant d’être assassiné.
  • Pendant la fête romaine des Saturnales, les rôles étaient souvent inversés entre maîtres et esclaves. Les maîtres servaient parfois à leurs esclaves un banquet de fantaisie et les traitaient comme des égaux.
Vous aimez? Partagez!
Cette entrée a été publiée dans Rome par . Marquer le permalien.

Commentaires fermés.