Top 10 des philosophes grecs antiques

Dans les temps anciens, les gens croyaient beaucoup en la magie et la mythologie chaque fois qu’il s’agissait d’interpréter le monde qui nous entoure. Le monde tel qu’ils le percevaient était largement influencé par la présence d’une divinité supérieure. Les anciens philosophes grecs ont adopté une approche rafraîchissante du paradigme philosophique contemporain. Ils ont rompu avec la tradition de l’explication mythologique des observations faites dans la nature et se sont lancés dans une interprétation largement fondée sur le raisonnement et les preuves. La Grèce antique a vu l’ascension d’une pléthore de philosophes. Parmi ceux-ci, un certain nombre de personnalités se distinguent par leur travail fondamental et leurs idées en philosophie. Leurs idées philosophiques ésotériques sur les sciences naturelles primitives ainsi que l’application éthique de leurs valeurs philosophiques dans la société leur ont donné une reconnaissance qui vit encore de nos jours. Voici la liste des 10 philosophes grecs antiques les plus influents.

10. Parménide 510 AEC – 560 AEC

Greek Philosopher parmenides

Parménide était un disciple connu de Pythagore, une autre figure renommée du paradigme philosophique de la Grèce antique. Ses poèmes et pensées semblaient avoir une influence significative de la part de Xanophanes, ce qui a amené la plupart des historiens à penser qu’il devait être son élève. Parmi les philosophes pré-socratiques (ceux qui ont été mis à l’honneur avant la période de Socrate), il est classé parmi les plus importants.

Dans son seul ouvrage connu, le poème intitulé « Sur la nature », il tente de résoudre les plus grandes questions de toutes – Est-ce ou n’est-ce pas? À vrai dire, sa tentative de déchiffrer ce mystère philosophique pourrait conduire à une déclaration plutôt paradoxale plutôt qu’à une réponse satisfaisante. Parménide affirme que tout ce qui est « doit » avoir toujours été, car tout arbitraire, rien ne devrait provenir de « rien » lui-même. Et à son tour, cela devient un paradoxe, car il est impossible de penser à ce qui n’est pas, et encore, il est également impossible de penser à quelque chose qui ne peut pas être pensé. Les philosophes ultérieurs qui lui ont succédé travailleront à résoudre ces impossibilités philosophiques.

9. Anaxagore 500 AEC – 428 AEC

Greek Philosopher Anaxagoras

Anaxagoras de Clazomenae, autre figure importante de l’ère pré-socratique, était un philosophe et scientifique influent qui a vécu et enseigné à Athènes pendant près de 30 ans. Ses vues philosophiques tournaient beaucoup autour de la nature elle-même. Comme ce fut le cas avec la plupart des philosophes de la Grèce antique, ses idées contrastèrent avec les idéologies et les croyances contemporaines qui l’amenèrent à faire face à des conséquences mortelles.

Anaxagoras est le premier à avoir établi une philosophie à Athènes, un lieu où elle atteindrait son apogée et qui continuerait à avoir un impact sur la société pendant des centaines d’années. Il a consacré beaucoup de temps à expliquer la nature telle qu’elle est – à prendre l’univers comme une masse indifférenciée jusqu’à ce qu’elle soit travaillée par une composante spirituelle qu’il a appelée « nous ». Il croyait que dans le monde physique, tout contient une partie de tout le reste. Rien n’est pur par lui-même, et tout est mélangé dans un chaos, et «nous» (ce qui signifie «esprit») affirme un certain mouvement et une signification aux entités dans ce chaos.

8. Anaximandre 610 AEC – 546 AEC

greek philosopher Anaximander

Anaximandre de Milet est le célèbre élève et, à bien des égards, le successeur philosophique de Thalès lui-même. Il est crédité d’être le premier écrivain connu en philosophie, puisqu’il est le seul philosophe connu à avoir écrit les premières lignes de la philosophie occidentale qui ont survécu. Il est également une figure connue au début de la biologie et de la géographie. De plus, il a créé la première image d’un univers ouvert dans le monde, détournant ainsi la notion d’univers fermé pour en faire le premier astronome spéculatif de l’histoire humaine.

Il a ensuite étendu les vues philosophiques de son maître – proposant une « Arche » ou un principe qu’il croyait être la base de tout univers. Mais contrairement à Thales, il croyait que cette base avait un «apeiron» (une substance illimitée) qui servait de source à tout. Cette source constituerait le principal point de différenciation des opposés polaires comme le chaud et le froid, la lumière et l’obscurité, etc. Une grande partie de son travail peut rester tronqué, en particulier aux mains des générations suivantes de philosophes. Mais il était en effet l’un des plus grands esprits de la Grèce antique.

7. Empedocles 490 AEC – 430 AEC

Greek Philosopher Empedocles

Empedocles était l’un des plus importants philosophes de l’ère pré-socratique et ses poèmes, qui ont ensuite exercé une grande influence sur les poètes ultérieurs, dont Lucrèce, ont été encore plus remarquables. L’un de ses points de repère philosophiques a été l’affirmation de la théorie des quatre éléments de la matière. Il affirme que toute matière est essentiellement composée de quatre éléments principaux: la terre, l’air, le feu et l’eau. C’est devenu l’une des premières théories à avoir été postulées sur la physique des particules, bien que certains historiens y voient un effort honteux visant à nier la théorie de non-dualisme de Parmenides.

Il a simplement rejeté la présence de tout vide ou espace vide, contredisant ainsi l’idéologie philosophique de Parménide de part en part. Il a mis en avant l’idée de forces motrices opposées impliquées dans la construction du monde – à savoir, l’amour en tant que cause de l’union et le conflit en tant que cause de la séparation. Il a également été le premier à donner un compte rendu de l’évolution du développement des espèces.

6. Zeno 490 AEC – 430 AEC

Greeek Philosopher Zeno

À une époque où la plupart des philosophes de la Grèce antique scrutaient leurs raisons et leurs connaissances pour interpréter la nature telle qu’elle était, Zeno d’Elea consacrait son temps à élucider les nombreuses énigmes et paradoxes concernant le mouvement et la pluralité. Il convient de noter qu’il a essayé d’expliquer en détail les conclusions contradictoires présentes dans le monde physique bien avant le développement de la logique.

Zeno a ensuite développé et défendu les idéologies philosophiques établies par Parménide, qui se heurtaient à une forte opposition de l’opinion publique à cette époque. Il a lui-même proposé de multiples paradoxes, qui ont fait l’objet de débats parmi les générations ultérieures de philosophes. Une majorité d’arguments contemporains sur ses paradoxes aboutissait à une division infinie du temps et de l’espace – par exemple si on prend une distance; et qu’on divise cette distance par 2, et  et ainsi de suite. Zeno a été le premier dans l’histoire philosophique de l’humanité à montrer que le concept de l’infini existe.

5. Pythagore 570 AEC – 495 AEC

Pythagoras Greek Philosopher

Un autre philosophe grec pré-socratique, Pythagore est bien plus connu pour ses théories et ses idées en mathématiques que en philosophie. En fait, il est surtout connu pour le théorème en géométrie qui porte son nom. Il est l’un des noms les plus familiers de la société pré-socratique, mais pourtant, ce que nous savons à son sujet est étonnamment moins connu. Il est à l’origine de la fondation d’une école philosophique qui lui a valu de nombreux adeptes.

C’est dans cette école que Pythagore a tenté de trouver une harmonie entre la vie réelle et les aspects pratiques de la philosophie. Ses enseignements ne sont pas strictement limités à ce que nous appelons la philosophie, mais incluent également des questions communes telles que les «règles de vie», les «repas quotidiens à manger», etc.

Il considérait le monde comme une parfaite harmonie et visait à enseigner comment mener une vie harmonieuse.

4. Socrates 469 AEC – 399 AEC

Greek Philosopher Socrates Louvre

Socrates a adopté une nouvelle perspective visant à obtenir des résultats concrets grâce à l’application de la philosophie dans notre vie quotidienne, ce qui faisait largement défaut dans l’approche de la philosophie pré-socratique. Il a ouvertement détourné des spéculations physiques implacables, alors que les philosophes étaient si occupés à interpréter et à assimiler, et a tenté d’établir un système éthique basé sur un raisonnement humain plutôt que sur diverses doctrines théologiques (et souvent largement débattues).

Au lieu de régurgiter ses idées uniquement sur la base de ses interprétations individuelles, il interrogerait sans cesse les gens sur leurs croyances et essayait de trouver des définitions des vertus en conversant avec quiconque se proclamant possédant de telles qualités. Socrate est devenu un personnage clé rassemblant de nombreux partisans, mais il s’est également fait de nombreux ennemis. Finalement, ses croyances et son approche réaliste en philosophie ont conduit à son exécution. Mais on pourrait soutenir que son martyre philosophique, plus que toute autre chose, l’a transformé en la figure emblématique qu’il est aujourd’hui.

3. Platon 427 AEC – 347 AEC

Plato Greek Philosopher

Il était un étudiant de Socrates et était visiblement influencé par l’approche philosophique de son maître. Mais tandis que Socrate était occupé sans relâche à interpréter une philosophie basée uniquement sur un raisonnement humain, Platon se permettait de combiner les deux approches principales – la métaphysique pré-socratique et la théologie de la nature avec la théologie éthique socratique.

La philosophie de Platon repose sur une triple approche: dialectes, éthique et physique, le point central de l’unisson étant la théorie des formes. Pour lui, la plus haute des formes était celle du «bien», qu’il considérait comme la cause de l’être et du savoir. En physique, il était d’accord avec la plupart des points de vue des Pythagoriciens. La plupart de ses œuvres, en particulier son œuvre la plus célèbre – «La République», combinent divers aspects de l’éthique, de la philosophie politique et de la métaphysique, entre autres, en une philosophie systématique, significative et applicable.

2. Aristote 384 AEC – 322 AEC

Greek Philosopher aristotle

Aristote de Stagira était le plus influent parmi les disciples de Platon. Son interprétation des choses s’appuyait davantage sur des faits tirés de l’expérience qu’ils gagneraient dans leur vie, une approche différente de celle de son maître qui préférait une perspective qui dépasse l’accessibilité des sens physiques. Il s’est révélé être un écrivain imaginatif et un homme tout aussi créatif, réécrivant progressivement des concepts préétablis dans presque tous les domaines de la connaissance qu’il touchait.

À une époque où l’expertise en matière de connaissances humaines restait beaucoup trop généralisée, il a divisé l’assimilation globale des connaissances en catégories distinctes telles que l’éthique, la biologie, les mathématiques et la physique – un modèle de classification encore utilisé de nos jours. Aristote est vraiment une figure clé de la philosophie grecque antique, dont l’influence va bien au-delà des limites de la Grèce antique et de beaucoup plus loin dans le temps.

1. Thalès de Milet 620 AEC – 546 AEC

Thales of Miletus Greek philosopher

Thalès de Milet obtient la première place sur cette liste en tant que pivot de la philosophie grecque ancienne sur laquelle sont nés les générations suivantes de nombreux penseurs, théoriciens, dialectiques, métaphysiciens et philosophes célèbres. Les historiens le considèrent comme le père de la philosophie grecque antique. La majorité des idéologies de Thales sont issues de la représentation d’Aristote, qui indique que Thales est la première personne à avoir étudié les principes de base tels que l’origine de la matière. On dit également que Thales est le fondateur de l’école de philosophie naturelle.

En tant que philosophe, Thales a rarement limité ses recherches à un domaine limité parmi les connaissances disponibles et s’est activement impliqué dans la compréhension de divers aspects des connaissances tels que la philosophie, les mathématiques, les sciences, la géographie et autres. Il aurait également développé une norme bien définie pour théoriser pourquoi des changements se produisent dans les choses. Il a proposé l’eau comme composant fondamental sous-jacent du monde. Thalès était très apprécié des Grecs de l’Antiquité et ses hypothèses ajoutaient généralement sens et sens à des idées déjà existantes sur la nature.

Conclusion finale

L’émergence de toute la tradition philosophique occidentale peut être retracée à l’époque de la philosophie grecque antique. L’évolution des préoccupations philosophiques et de la pensée critique parmi les philosophes de la Grèce antique qui a commencé quelque part vers le 6ème siècle avant notre ère a sans doute joué un rôle central dans le développement ultérieur du savoir tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Ils ont pratiqué des approches variées dans leur parcours philosophique, cherchant des réponses aux paradoxes connus et en créant d’innombrables autres sur le chemin. Cela a commencé avec la première tentative de Thales de percevoir le monde dans une perspective méthodique. La cohorte successive de penseurs critiques a continué à diversifier cette approche dans les sciences naturelles, la métaphysique et, éventuellement, la théologie éthique – conduisant à l’évolution de la philosophie telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Vous aimez? Partagez!

Commentaires fermés.